CGT éduc’action 45
Liberté Solidarité Bien-être
No Society , de Christophe Guilluy.

À l’heure de la poussée de fièvre de la révolte des « gilets jaunes », le livre de Christophe Guilluy devrait être lu par plusieurs responsables politiques et syndicaux. Guilluy a inventé le concept de la « France Périphérique ». Ce concept redéfini la classe moyenne et où elle se situe. Quelle différence y-a-t-il entre une personne de la classe populaire et une de la classe moyenne ?

Article mis en ligne le 25 octobre 2018
dernière modification le 30 décembre 2018

par admin1
Imprimer logo imprimer

Chronique sur l’essai « No Society , la fin de classe moyenne occidentale » chez Flammarion, de Christope Guilluy.

"À l’heure de la poussée de fièvre de la révolte des « gilets jaunes », le livre de Christophe Guilluy devrait être lu par plusieurs responsables politiques et syndicaux.
C’est un décodage, une photographie de notre société occidentale actuelle. Une société qui n’en est plus une. « There is no society » ou « TINA : there is no alternative », comme le balançait Margaret Tatcher qui a détruit l’État providence britannique dans les années 1980. Cette politique ravage notre pays depuis 30 ans : fermeture des services publics de proximité, privatisation des entreprises, des services de l’État, baisse des salaires des ouvriers, et disparition des « classes moyennes » .
Guilluy, ayant une vision plutôt marxiste que populiste de droite, a inventé le concept de la « France Périphérique », balancé par toutes les bouches de l’extrême droite à l’extrême gauche.
Ce concept redéfini la classe moyenne et où elle se situe. Quelle différence y-a-t-il entre une personne de la classe populaire et une de la classe moyenne ?
Un salarié qui touche 5000€/mois vivant dans le centre d’une métropole mondialisée (Paris, Bordeaux, Lyon) va se revendiquer de la classe moyenne, tout comme un ouvrier qui vit à la campagne touchant un salaire de 1200€/mois.
C’est là que Guilluy remet les pendules à l’heure.
Une sécession s’opère actuellement dans nos pays occidentaux dont la France est en train de se la prendre en pleine tronche. L’élection d’Emmanuel Macron, élu en surfant sur le concept du FN : « UMPS », a rendu possible ce qu’appelle Paul Jorion(1) l’avénement au pouvoir de « l’extrême centre ou du fascisme en col blanc ».
Une déchirure écarte une « France mondialisée » dans laquelle vivent des classes aisées dans des « beaux » quartiers ayant accès à tous les moyens de communication, de transports (avions, train, bus, métro), de soins et la « France Périphérique » , où la plèbe vit très modestement loin des centres névralgiques culturels, d’emplois, de services publics. Là où on ne vote pas Macron, là où on s’abstient, là où on vote Le Pen.

Guilluy relate dans son livre cette catastrophe de la fin de la vraie « classe moyenne ». Il déplore aussi l’irrespect de la culture populaire, une violence et un mépris envers elle. Le Président Macron en est le fer de lance lorsqu’il répond à une retraitée qui gagne 500€/mois, qu’elle aurait dû travailler plus et plus longtemps pour avoir une pension plus élevée. Cette brutalité est devenue normale, et démontre la tranchée entre la France des élites possédantes et la France des petits qui se prend en pleine face la précarité, le chômage et les boulots payés au lance pierre. Cette classe populaire n’a plus d’espoir, plus de repère, plus de culture et se sent abandonnée. Elle n’attend plus rien des politiciens et des syndicats : c’est ce qui a engendré « les gilets jaunes ». Le livre de Guilluy sorti fin septembre 2018 anticipait sur ce mouvement né un mois plus tard. Il y présente des idées, qui pourraient être mises en place pour les politiques, dans le dessein de panser les plaies béantes des coupures entre ces deux mondes.

Ce livre est le décryptage de ce qui se passe actuellement et je le conseille vivement à tous les curieux qui veulent comprendre d’où viennent les malaises actuels qui ont entraîné les heurts des Champs Élysée le samedi 24 novembre 2018.

BB
>
> (1) Anthropologue économiste, et essayiste Belge "

Article complémentaire :
La souffrance en France



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2012-2019 © CGT éduc’action 45 - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.15