CGT éduc’action 45
CGT45

CGT éduc’action 45

Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école de Lucie Tanguy
Article mis en ligne le 3 mars 2018
dernière modification le 16 avril 2018

par admin1
Imprimer logo imprimer

Dans le cadre de l’ouverture à l’extérieur, l’entreprise investit le champs de l’Éducation nationale, les collèges, lycées généraux et surtout les lycées professionnels, par l’intermédiaire d’associations comme « Entreprendre pour apprendre-France (EPA). Sont proposés aux élèves des jeux de rôle, où les élèves jouent le rôle de la direction... L’entreprise est enseignée comme une organisation amputée des acteurs qui la font exister : les travailleurs. Seules importent la direction et ses tâches auxquelles les élèves sont initiés… Ce faisant , tout ce qui concerne le travail et les travailleurs est exclu de cette représentation : les syndicats, les comités d’entreprise, les comités hygiène sécurité et conditions de travail. Disparaît le métier, le savoir-faire.

En conclusion  : constat du retrait de l’État, qui se traduit ici par un contournement du principe de laïcité. L’enseignement de l’entrepreneuriat et des valeurs qu’il véhicule n’est autre qu’une idéologie qui déforme la réalité des entreprises, lesquelles ne pourraient exister sans le travail ni les travailleurs. Si les directions d’entreprise sont habilitées à transmettre aux élèves leurs représentations, pourquoi les représentants des salariés ne le seraient-ils pas ? La pénétration des entreprises dans l’école apparaît comme une violation de la pierre angulaire de l’école en France, qui entraîne, toutes sortes de transgressions comme « le code de bonne conduite ». Ce la contribue au débat sur le principe de laïcité qui reste focalisé aujourd’hui sur les faits d’appartenance religieuse.

Sur le plan pédagogique, ces mini-entreprises sont-elles destinées à renforcer les caractéristiques supposées déjà présentes chez les élèves en fonction des caractéristiques des postes à pourvoir, logique de l’adaptation de l’individu au poste, ou est-elle destinée à permettre aux élèves d’apprendre, de se transformer, d’évoluer en fonction des problèmes qu’ils auront à résoudre, logique de la construction par apprentissage, par essai/erreur  ? On voit ici que deux logiques s’opposent : celle de l’école et celle de l’entreprise.

Pour en savoir plus :
Déomcratisation scolaire



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2012-2018 © CGT éduc’action 45 - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.15